Couveuse manuelle ou couveuse automatique : laquelle choisir ?

La couveuse à œufs est un outil révolutionnaire qui simplifie la vie des éleveurs de volailles pour développer leur poulailler de façon optimale. Elle consiste à faire naître des poussins ou y installant les œufs durant la période d’incubation. Les spécialistes de l’élevage utilisent cet appareil ainsi que les particuliers souhaitant se constituer un élevage dans leur jardin. La couveuse à œufs convient aussi bien à la poule qu’à la canne ou autre volaille, car le processus de couvaison est le même. En principe, le volatile pond un œuf par jour et attend près de dix jours avant d’entamer la couvaison. Il faut 21 jours pour avoir un poussin, mais la pondeuse ne couve pas toujours naturellement son œuf, d’où l’intérêt de recourir à une couveuse pour bénéficier d’un meilleur taux d’éclosion.

Différences et similitudes entre une couveuse manuelle et une couveuse automatique

On distingue trois types de couveuses à œufs : la couveuse manuelle, la couveuse semi-automatique et la couveuse automatique. Elles reposent sur une couveuse artificielle où le réglage doit se faire correctement, tant au niveau de la température d’incubation que le taux d’humidité. Tout au long de l’incubation, il est nécessaire de retourner fréquemment les œufs. Une opération à effectuer plusieurs fois par jour selon le modèle. Avec un modèle manuel, le retournement des œufs se fera par vos soins, tandis que le modèle automatique se charge de le faire à votre place. Quant au modèle semi-automatique, le thermostat à l’affichage digital garantit plus de précision avec retournement par basculement automatique autres fonctions disponibles.

La couveuse manuelle

Ce type de couveuse à œufs est indiquée pour les novices, voire les débutants qui viennent de se lancer dans l’élevage. Par ailleurs, avec une petite quantité d’œufs à couver, le retournement manuel est plus adapté. Cet appareil équipe une résistance qui diffuse la chaleur à l’intérieur du réceptacle où le thermostat est réglable. Afin de répartir la chaleur dans toute la couveuse, son mécanisme est pourvu d’un petit ventilateur. Ainsi donc, la particularité de ce modèle est le retournement des œufs qui se fait manuellement. Si vous recherchez un bon compromis, la couveuse semi-automatique fera l’affaire, car elle présente l’avantage d’être préconfigurée, donc plus précise que les manuelles. En termes de prix, la manuelle est relativement accessible. Pour retourner les œufs, pensez à faire un marquage sur tous les œufs. Sinon, la mise en place des œufs demeure le même qu’avec une couveuse automatique. De préférence, choisissez des œufs à taille égale et les brosser avant de les installer délicatement dans l’appareil.

La couveuse automatique

Comme son nom l’indique, cette couveuse à œuf est plus élaborée, donc plus pratique que le précédent. Il comporte de nombreux avantages en contrôlant de façon autonome l’incubation. Par ailleurs, elle est réservés aux éleveurs professionnels possédant plusieurs œufs à couver, mais cela n’empêche pas les amateurs de l’utiliser. La couveuse automatique prend en charge toutes les opérations relatives à la bonne couvaison des œufs : allant du contrôle de la température au retournement des œufs. De cette façon, elle libère la poule de son travail de couvaison pendant les 21 jours d’incubation, permet de surveiller les œufs, optimise les conditions des œufs et confère une gestion automatique durant la période d’incubation. Les couveuses automatiques sont très répandues dans le commerce, et sont disponibles en fonction de la quantité d’œufs à couver, allant de 12 à 72 œufs pour les plus expérimentés.